Résultats des essais macro avec l’agrandisseur Dürst modifié

Publié le par yvaton

Tous les essais ont été effectués avec la distance la plus courte de réglage des objectifs, soit 0,25 m pour le 29 mm et 0,33 m pour le 50 mm (avec ou sans doubleur de focale), que j’ai privilégié par rapport à la mise au point à l’infini. Le papier millimétré servant pour l’étalonnage a été fait avec le logiciel Mili2 et imprimé avec la résolution la plus fine possible (téléchargeable ICI).


Une petite explication des points de mesure :

Tirage-copie-1

En 1 le tirage du soufflet en mm

En 2 la distance séparant la table de l’objectif, repérer sur l’échelle de l’agrandisseur en cm.

Quand j’utilise la rehausse, la hauteur de celle-ci (6 cm) est comprise dans la distance séparant la table de l’objectif, donc ce n’est pas basé sur la distance réelle de l’objectif au sujet photographié.


Avec le 29 mm, pour un tirage du soufflet d’agrandisseur nul, la mise au point sur l’échelle de l’agrandisseur est à 22 cm de la table (essai 29.1) :

macro 29.1-11

J’ai été obligé de mettre une rehausse sur la table entre l'objectif et le sujet pour les deux essais suivants avec le 29 mm :  le papier millimétré servant pour l’étalonnage n’était pas assez près de l’objectif pour pouvoir faire la mise au point (l’agrandisseur ne pouvant descendre plus bas).


Avec le 29 mm, pour un tirage du soufflet d’agrandisseur de 15 mm, la mise au point est à 15,2 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 29.2), dont 6 cm de rehausse) :

macro 29.2-12

 


Avec le 29 mm, pour un tirage du soufflet d’agrandisseur de 30 mm, la mise au point est à 14,7 mm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 29.3), dont toujours 6 cm de rehausse :

macro 29.3-13

Il n’est plus possible d’augmenter le tirage au dessus de 30mm avec l'objectif de 29 mm, le sujet à photographier se situant beaucoup trop près de l’objectif et devenu par là impossible à éclairer convenablement avec le matériel dont je dispose, à moins de ne l’éclairer par transparence, mais cela deviendrait du ressort de la microscopie.

 


Avec le 50 mm et mise au point de l’objectif à 0,33 m, l’éventail des mesures est beaucoup plus large, et on peut disposer de la longueur maximale de tirage, c’est à dire 97 mm. J’ai donc classé les résultats sur 4 distances de tirage : 0, 30, 70 et 97 mm.


Avec l'objectif de 50 mm et tirage nul, mise au point  à 29,5 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 50.1) :

macro 50.1-1

 

 

A partir de cet essai il est nécessaire de mettre une rehausse pour l'objectif de 50 mm.


Avec l'objectif de 50 mm et tirage de 30 mm, mise au point  à 15 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 50.2), mais utilisation de la rehausse de 6 cm :

macro 50.2

 


Avec l'objectif de 50 mm et tirage de 70 mm, mise au point  à 16 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 50.3), mais utilisation de la rehausse de 6 cm :

macro 50.3

 


 Avec l'objectif de 50 mm et tirage de 97 mm, mise au point  à 17,6 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 50.4), mais utilisation de la rehausse de 6 cm :

macro 50.4-14

 

 


J’ai enfin utilisé un doubleur de focale avec le 50 mm, résultats que j’ai classé en trois distances de tirage : 0, 35, 97 mm pour une mise au point d’objectif à 0,33 m. La rehausse de 6 cm n’a pas été nécessaire à la mise au point. Ces essais n'ont pas nécessité l'utilisation de la rehausse.

 


Avec l'objectif de 100 mm et tirage nul, mise au point  à 30 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 100.1) :

macro 100.1-7

 

 


Avec l'objectif de 100 mm et tirage de 35 mm, mise au point  à 25 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 100.2) :

macro 100.2-8

 

 


Avec l'objectif de 100 mm et tirage de 97 mm, mise au point  à 28 cm de la table sur l’échelle de l’agrandisseur (essai 100.3) :

macro 100.3-10

 

 


Ici le classement que j’ai effectué suite à tous ces essais, en vue d’un étalonnage avec le logiciel Microcartouche que vous pouvez télécharger sur ce site (lien) :

ETALONNAGE MACRO

 


L’objectif de 50 mm semble donc être celui qui fournit la gamme la plus complète de grossissement, et, qui plus est, celui qui agrandit le plus.

 


Mes prochains essais sont prévu sur des sujets bien plus intéressants qu’une feuille de papier millimétré. Ils feront partie des prochains articles sur la macroscopie, dont, si les résultats sont exploitables, la macro d’un timbre pour voir le travail du graveur, dont chaque partie aura été assemblée en mosaïque avec Imerge …



 

Commenter cet article