Le Quintette de Stephan, groupement de galaxies dans Pégase

Publié le par yvaton

   La situation dans Pégase de ce quintette :

Carte de situation

Le Quintette de Stephan est un groupement visuel de galaxies situé dans la constellation de Pégase  et observé pour la première fois par l'astronome français Édouard Stephan en 1878. Stephan le catalogua en tant qu'agrégat de nébuleuses  personne n'imaginant à l'époque qu'il s'agissait en réalité de galaxies constituées de milliards d'étoiles et situées en dehors de notre propre Voie lactée.

Plusieurs galaxies parmi ce groupe de cinq montrent des signes de violentes interactions avec des formes distordues et de longs filaments d'étoiles et de gaz s'étendant très loin du corps des galaxies. Ce système est le prototype même des petits amas appelés groupes compacts.


Les membres du groupe :

Ce groupe de cinq galaxies est constitué à l'origine de NGC 7317, NGC 7318a, NGC 7318b, NGC 7319 et NGC 7320.

Négatif noms galaxiesPhoto en négatif issue des prises de vue de la nuit du 8/10/2010


En réalité, seules les quatre premières galaxies citées (de NGC 7317 à NGC 7319) forment réellement un groupe compact et sont situées dans une même région de l'espace, leurs bras spiraux et leurs disques étant d'ailleurs très déformés par les forces de marée. Ce groupe serait situé à environ 340 millions d'années-lumière de la Voie lactée.

NGC 7320 quant à elle est beaucoup plus proche (entre 35 et 40 millions d'années-lumière), son alignement dans la ligne de visée d'un observateur terrestre n'étant que fortuit. Le redshift de NGC 7320 est sensiblement le même que celui de NGC 7331 et ses voisines, elle appartient donc probablement au groupe de NGC 7331.

En revanche, NGC 7320c, bien que se trouvant visuellement un peu plus à l'écart du groupe (à environ 4 minutes d'arc de NGC 7320), semble bel et bien être située dans la même région que les quatre premières, une grande queue de marée la reliant à NGC 7319.

La magnitude moyenne des galaxies du Quintette est de +14 environ, il n'est donc jamais visible à l'œil nu. Situé à environ 4 degrés nord-nord-ouest du carré de Pégase, il s'agit d'un objet très couru par les astronomes amateurs, un télescope d'au moins 200mm de diamètre étant toutefois nécessaire pour commencer à distinguer quelque chose d'intéressant.

Source Wikipédia

On peut voir aussi une petite galaxie en fuseau en bas à droite qui ne fait pas partie du quintette : il s'agit de NGC7320A, de magnitude 16 et de dimension 0,4’ x 0,2’.

 

 

Les photos du Quintette ont été prises avec la webcam SC3 à capteur N et B d'1/3 de pouce, derrière une lunette 80ED, autoguidage PHDGuiding avec monture Sirius EQ.G.

Pour les 18 poses retenues pour le traitement (sur 21) : temps de pose 240s avec un gain webcam de 65, les traitements ont été effectués avec Deepskystacker et Iris d'une part, et Iris et Registax V5 béta d'autre part. Ce dernier type de traitement est tout récent, car je m'étais aperçu que le traitement Registax avec dark me laissait des vilaines traces aux endroits ou les pixels chauds (blancs car saturés) étaient mal "rebouchés" par Registax.


En voici un exemple après registration par Registax avec utilisation des darks par le logiciel (image fortement agrandie) :

Stephan-traces dark

On peut voir les traces noires issues du rebouchage par Registax, et ici elles ne sont pas trop flagrantes, mais il m'est arrivé que l'on voit encore les pixels chauds en pointillés sur certains traitements d'objets du ciel profond, car le rebouchage avait tapé à côté... Et ça se voit encore plus quand on utilise la fonction rehaussement de la dynamique (DDP) d'Iris en fin de traitement...

Peut-être un mauvais réglage de ma part ou un oubli au niveau du déroulement du traitement Registax V5, mais je n'ai jamais réussi à localiser le problème et encore moins à  atténuer ces traces...

 

Et ici prétraitement des images par Iris (dark, flat, offset) en format FIT, transformation en BMP avec Irfanview pour la registration par Registax :

Stephan-traces dark Iris

Les traces noires ont quasi disparu... Donc ce type de prétraitement a l'air d'être efficace. J'avais essayé de traiter directement les images FIT issues du prétraitement Iris avec Registax (qui normalement accepte les FIT), mais ça s'est avéré catastrophique : écran noir à la fin de l'empilage, donc rien à exploiter. La transformation de ces FIT en BMP par Irfanview a par contre été acceptée par Registax V5.


Le champ de la caméra au complet, traitement Deepskystacker, fintion Iris :

Stephan A essai 2 DSS 18 im 40s G65

 

La même, mais Iris en prétraitement, empilage et traitement Registax V5 :

Stephan A RegV5

 


Un champ un peu plus resserré, on peut voir la petite galaxie en fuseau NGC7320A de manitude 16 dans le coin inférieur droit :

Stephan C essai DSS drizzle 3 cadrage large 18 im 40s G65Deepskystacker, rectangle personnalisé, drizzle 3 + Iris

 

Stephan C RegV5 Iris redimmIris et Registax V5

 

Champ encore plus rétréci avec DSS et Iris comme ci-dessus :

Stephan B essai DSS drizzle 3 18 im 40s G65

 

Et avec Iris et Registax V5 :

Stephan B RegV5 redimm

 

 

Et la photo du quintette que j'ai centrée et agrandie, avec Iris et Registax V5, qui me semblait la meilleure par rapport au traitement DSS :

Stephan RegV5 Iris cadré petit


La suite de l'observation de début octobre prochainement...

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article