Fin du CROA du 25/09/2009 : M1, la nébuleuse du Crabe

Publié le par yvaton

M1 (NGC 1952) :

La nébuleuse du Crabe est un rémanent de  supernova résultant de l'explosion d'une supernova historique (SN 1054) observée par plusieurs astronomes d'Extrême-Orient de juillet 1054 à avril 1056. La nébuleuse a été observée pour la première fois en 1731 par John Bevis, puis en 1758 par Charles Messier qui en fait le premier objet de son catalogue. Son nom traditionnel remonte au  19ème siècle, époque où William Parsons, troisième comte de Rosse, observe la nébuleuse au Birr Castle dans les années 1840 et y fait référence sous le nom de nébuleuse du Crabe en raison d'un dessin qu'il en fait qui ressemble à un crabe. La Nébuleuse du Crabe ne doit pas être confondue avec la nébuleuse planétaire Hen2-104, parfois appelée « Nébuleuse australe du Crabe » du fait de sa ressemblance considérée comme plus manisfeste avec le crustacé éponyme.

Située à une distance d'environ 2 kiloparsecs (6 300 années-lumière) de la Terre, dans la constellation du Taureau, la nébuleuse a un diamètre de 11 années-lumière (3,4 pc) et sa vitesse d'expansion est de 1 500 km/s, caractéristiques typiques pour un rémanent de cet âge. C'est le premier objet astronomique à avoir été identifié à une explosion historique de supernova.

La nébuleuse contient en son centre un pulsar, le pulsar du Crabe (ou PSR B0531+21) qui tourne sur lui-même environ trente fois par seconde. Il s'agit du pulsar le plus énergétique connu, rayonnant environ 200 000 fois plus d'énergie que le Soleil, dans une gamme de fréquence extrêmement vaste, s'étalant de 10 mégahertz à plus de 30 GeV, soit près de 18 ordres de grandeurs. Le pulsar joue un rôle important dans la structure de la nébuleuse, étant entre autres responsable de son éclairement central.

Située à proximité immédiate du plan de l'écliptique, la nébuleuse est aussi une source de radiations utile pour l'étude des corps célestes qui l'occultent. Dans les années 1950 et 1960, la couronne solaire a été cartographiée grâce à l'observation des ondes radio de la nébuleuse du Crabe. Plus récemment, l'épaisseur de l'atmosphère de Titan, la lune de Saturne a été mesurée grâce aux rayons X de la nébuleuse.


Sources Wikipédia.


La carte TriAtlas pour localiser l'objet :




Matériel :

Télescope 150x750 optimisé photo sur monture Sirius EQ.G, pilotée ASCOM/EQMOD. Autoguidage Guidemaster avec lunette Orion 80x400 et webcam SPC 900 modifiée longue pose. Imageur : webcam SC3 à capteur N et B de 1/3 de pouce. Acquisition avec le logiciel de capture Astrosnap, réglage webcam SC3 avec Webcam Control. réglage du gain à 51. Je n’ai pu faire que 12 poses de 180s, l’étoile-guide ayant disparu du champ, éteinte par un nuage. Ca m’a permis d’avoir une acquisition avec filés d’étoiles sur fond de M1 du plus bel effet, dont je me serai bien passé…




Il était déjà 3h30 du matin, et comme il fallait recommencer à chercher une étoile pour le guidage et refaire la calibration, j’ai déclaré forfait. Et en plus j’avais encore les darks (45, 60, 90, 120 et 180s) à faire pour mes différentes acquisitions de la nuit, plus les PLU, ça m’a incité encore plus à  arrêter les frais… J’aurai encore le temps de compléter plus tard ces acquisitions par de nouvelles, si la météo veut bien me faire une fleur, mais ça a l’air d’être bien mal parti pour cette semaine et celle qui vient…


Les résultats des 12 acquisitions de 180s sur la nébuleuse du Crabe


Prétraitement Deepskystacker, méthode médiane pour les images de M1 et les images maitres, traitement Iris LOG, DDP, masque flou (finesse),

retrait du gradient, gaussien à 1.00 :


La même, mais avec le grand rectangle personnalisé de Deepskystacker et le drizzle 2. LOG, légère DDP, passe-bas, flou gaussien 1 ;20, pas de retrait de gradient, car, même en bas pour les deux réglages, apparaissaient des plages plus claires à chaque coin de l’image, donc j’ai joué avec les seuils de visualisation pour avoir

quelque chose d’à peu près correct :


Et Deepskystacker et le drizzle 3

(même dimension de rectangle et mêmes réglages) :



Essais avec le plus petit rectangle personnalisé de DSS, drizzle 2, mêmes réglages qu’au-dessus mais avec filtre gaussien de 1.40 :


Petit rectangle personnalisé avec drizzle 3, mêmes réglages qu’au-dessus mais gaussien de 2.00 :

La suite au prochain numéro ... En espérant que la météo va s'arranger rapidement ...



* * * * * * * * * * *

Commenter cet article